2020 - L'escalade Enfant

Pépito

L'escalade Enfant et ses circuits dédiés

Retour au Sommaire

Les Circuits

Les circuits Blancs dits enfants ont généralement été conçus avec des enfants munis de chaussures de type tennis et ayant la tranche d'âge pour laquelle le parcours est prétendument destiné. Toutefois, si cela est possible, il est préférable que les enfants soient d'emblée chaussés de ballerines d'escalade, de sorte que les moins téméraires ne connaissent pas dès leur première séance, la sensation assez désagréable du « pied qui ne tient pas ». Cette expression signifiant qu'il a l'impression d'avoir une savonnette sous les semelles dès que l'enfant essaye de pousser sur les pieds, ce qui peut provoquer un stress et une perte de confiance en soi. Cela serait dommage pour une discipline en principe plaisante. En tout cas, il est impératif que les semelles soient propres et sèches, débarrassées de toute trace de sable, de terre, ou même de feuillages. Pour obtenir cela, il faut un petit tapis brosse et un chiffon. (Voir : le matériel nécessaire)

Les Risques

A l'époque de l'apparition du premier circuit d'escalade dédié aux enfants, grâce en particulier à Michel Coquard, la représentation de l'escalade étant associée à un certain alpinisme d'aventure, il a fallu alors rassurer les parents et les pouvoirs publics quant à la véritable mesure du danger encouru par les enfants lorsqu'il pratique l'escalade à Fontainebleau en regard de celui imaginé. En effet, chacun sait instinctivement que le risque est inhérent à la pratique d’escalade, mais il a fallut démontrer que le risque de chute est également constant lorsque l'on chevauche un vélo et pourtant très rares les parents qui refusent à leurs enfants de pratiquer la bicyclette. En tout cas, depuis nous avons une longue expérience de l'escalade enfant à Fontainebleau et en salle, et à présent nous avons la preuve que les accidents graves sont statistiquement extrêmement rares. En même temps, si les accidents sont rarissimes, c'est sans doute parce qu'à chaque instant, les accompagnateurs ont gardé à l’esprit qu’une mauvaise chute est toujours possible, et qu'il ont su prévenir le risque de petits bobos en mettant en œuvre ce que nous nommons communément la parade. La parade, venant du verbe parer, consiste à accompagner le grimpeur dans sa chute tout en laissant libre la zone de réception. Pour que demeure ce taux d'accident extrêmement bas, Il convient donc à l'accompagnateur occasionnel de reconnaître le risque et de l’appréhender par une attitude vigilante. En clair, les enfants comme les adultes doivent évoluer sur le rocher en présence d'un pareur comme le montre la photo ci-dessous.

Séance au Rocher du Duc. Tout est Ok !

A une telle hauteur, il faut avoir des bonnes prises dans les mains dès lors qu'on n'est pas bien chaussé pour adhérer au rocher !


Avec de vrais chaussons aux pieds et accompagné, l'audace est permise même dans le jaune et l'orange.


Voici une jeune personne de sept ans qui a réussi sans "poussette" ni "tenue de pied" le redoutable 4 orange de la Cuisinière, et cela parmi d'autres belles réussites sur les circuits des grands. C'est une évidence, les ressources des enfants augmentent considérablement dès lors qu'ils sont équipés comme les adultes pour pratiquer l'escalade. Pourquoi ne pas leur fournir ces chaussons spécialisés et faire évoluer certains circuits enfants délaissés aujourd'hui car peu propices à l'accueil des groupes ? Le circuit blanc de la J.A Martin par exemple. Nous avons d'ailleurs repris le circuit blanc N°2 de la Canche aux Merciers suivant cet objectif avec l'aide de deux enfants recrutés sur place. En effet, même si par boutade, nous l'avons annoncé qu'il était pour des enfants de 9 à 99 ans, nous avons considéré en toute logique que la nouvelle mouture devait leur demeuré dédié, c'est à dire que toutes les voies du parcours doivent être adaptées à la taille des enfants pour lesquels il a été conçu à l'origine (1).

Pepito, le 20/10/2020


  • (1) De plus, nous n'avons pu retrouver le circuit tel que créé par notre ami Michel Coquard car il a été longtemps abandonné au point qu'il ne demeurait que très peu de marquage.

  • (2) Durant un temps, sont apparu sur le site du Cosiroc un ou deux fiches circuits Enfant avec une double cotations pour chaque passage : une pour l'enfant donc on se demande comment elle a été estimée et une deuxième pour les adultes car il n'est pas rare que les circuits en principe dédiés aux préadolescents (10 à 14 ans) soient parcourus par des adultes. Ainsi, ces circuits E seraient PD ou AD/D pour les enfants et seraient F pour facile pour les adultes (Le E ayant, en quelque sorte, perdu son assise, en effet, cette double cotations nous apparait à la fois inutile et arbitraire, c'est pour ça que sur fiches circuits Enfant de TopoBleau vous n'en verrez pas

  • (3) Dans la pratique, les tranches d'âge sont souvent celles qui correspondes aux âges des enfants "testeurs" qui ont "étalonnés" les circuits à leur création. Ainsi, vous trouverez des circuits conseillés par les créateurs-examinateurs à des enfants entre 5 à 7 ans, d'autres 8 à 11 ans, ou encore de 7 à 12 ans lorsque le circuit est à double niveau, comme celui de la Roche aux Sabots.

La Difficulté

La mesure de difficulté est avant tout un ressenti propre à chaque grimpeur. Ce ressenti peut s’étalonner avec l'expérience, à une échelle graduée, sensée mesurer en degrés l'intensité d’un effort. On voit là, pour l’adulte, la difficulté de mesurer à la place de l’enfant chaque voie d’escalade, d’où l’absence de cotation pour les circuits enfants. En effet, seul un groupe d'enfant d'une même tranche d'âge pourrait, en s'appropriant l'échelle de difficulté telle que l’ont fabriquée les adultes, « coter les voies », mais on devine aisément que ça n’aurait pas de sens et serait d’une utilité éphémère pour eux, changeant de taille à chaque instant de leur enfance. Ce qui n’a pas empêché certains adversaires fortement opposés à la création des circuits enfants dans les années quatre-vingts de clamer en pleine réunion avec un large sourire aux lèvres : « Voilà que maintenant, on va faire des circuits du sixième degré pour les enfants. – Vous n’êtes pas sérieux ! ». Honte à ces « guignols » qui prétendent faire pratiquer à des enfants, un sport d'homme. Cela dit, aucun initiateur de l’escalade enfant n’a tenté jusqu'à présent d’établir des cotations pour les voies d’escalade des circuits enfants... Enfin presque ! (2) Par contre, comme cela était nécessaire aux animateurs, les concepteurs des circuits ont pu, simplement en observant les enfants en action sur le rocher, retenir ou non les passages expérimentés, puis étalonner le niveau global du circuit ainsi constitué. Pour une tranche d’âge définie, trois niveaux ont été retenus : les niveaux E1, E2 et E3. Mais à quoi correspondent-ils ?

  • Le niveau 1 (ou E1) : circuit recommandé pour une première séance.

  • Le niveau 2 (ou E2 ) : circuit plus difficile convenant à des enfants ayant déjà effectué une ou deux séances d’escalade.

  • Le niveau 3 (ou E3) : circuit plus exigeant techniquement que le niveau E2 et pour des enfants qui maîtrisent bien l’adhérence, les appuis, les oppositions… Certains circuits jaunes de difficulté pondérée peuvent convenir aux enfants qui ont une pratique déjà régulière mais il faut savoir alors que les chaussons d’escalade sont indispensables.

En principe les tranches d’âge sont :

  • Pour les « petits », de 4 à 8 ans, environ.

  • Pour les « moyens », de 7 à 12 ans, environ.

  • Pour les « grands », de 11 à 14 ans, environ (3).

Ce qui fait neuf possibilités de circuits diffèrent si l'on considère que pour chaque tranche d'âge, il y aurait trois niveaux proposés. En réalité, on devine aisément que cela n'aurait aucun sens d'avoir pour chaque tranche d'âge trois niveaux de circuits, en particulier pour les « petits ». En effet, si l'on considère l'ensemble des circuits Enfant existants, nous avons pour les premiers âges, qu'un seul niveau de circuit : E1. Une majorité de circuits de niveaux E1 et E2 pour les moyens, le niveau E3 étant exclusivement des circuits de types classiques, peu propices à la gestion de groupes importants d'enfants (scolaire, centre de loisir).

- Quel est le matériel et l'équipement à emporter pour les circuits Enfants ?

D'abord le matériel indispensable pour aborder le circuit : un tapis de type paillasson et un chiffon pour essuyer consciencieusement les semelles afin d’en débarrasser toute trace de végétaux, de sable, ou de terre. Ce geste est devenu instinctif chez les grimpeurs de blocs tellement il est important pour la réussite d'un passage ainsi que pour minimiser l'usure du rocher. Pour les « bloqueurs », ne pas le faire, même lorsque le passage leur est très facile, équivaudrait à voir un tennisman jouer avec des balles détrempées ou recouvertes de terre, ou encore à observer un cycliste dégonfler ses roues avant d’attaquer un col : favoriser l’échec, ça dépasse l'entendement.

Ensuite pour l'équipement de l'enfant, des chaussures à semelles lisses de type tennis, basket ou ballerine de gymnastique suffisent, bien qu’au mieux, nous recommandions des ballerines d’escalade. Pour les vêtements, tenues sportives au goût de chacun, mais attention toutefois aux genoux...

Si l’on choisit bien les passages, certains circuits jaunes peuvent être le support d'une profitable séance d’initiation pour les enfants de plus de dix ans. A condition toutefois, qu’ils soient équipés comme les grimpeurs adultes, c’est à dire avec des chaussons d’escalade à leur pointure, le nécessaire pour les essuyer, et un tapis de réception pour amortir les chutes. Bien entendu, la présence d'un parent est recommandée pour accompagner l'enfant et veiller à sa sécurité. Jamais nous ne conseillerons l'autonomie totale.

- Quel circuit choisir ?

Il y a en quelques sortes deux types de circuits E. Les circuits circonscrits dans une zone restreinte donc propices à la gestion d’un groupe important d’enfants, et les circuits traditionnels cheminant tout en longueur et plutôt propices à l’accompagnement d’un petit nombre d'enfants. Ces derniers sont souvent utilisés par des parents et grands-parents qui accompagnent leurs enfants et leurs petits-enfants à l'escalade, mais également par des adultes grimpeurs. Cependant il ne faut pas perdre de vue que ces circuits sont dédiés aux enfants et adaptés à leur taille et qu'ils doivent le demeurer, c'est à dire qu'on ne doit pas les transformer pour les adapter à la morphologie des adultes ou alors ce ne seraient plus des circuits "E" (4). On peut malgré tout concevoir qu'ils soient réadaptés pour les enfants munis de chaussons d'escalade, ces circuits n'étant généralement pas utilisés par des groupes classes. C'est pour ça sans doute que certains ont longtemps été abandonnés.

Ci-dessous les circuits E propices aux groupes. (Ne figurent ici que les pistes enfant praticables aujourd'hui car de nombreux autres circuits sont aujourd'hui en voie de disparition).


Les circuits E " familiaux ". Plutôt propices aux enfants munis de chaussons d'escalade.


Où est l'encadrant ? Un enfant aperçu seul sur la jaune du Diplodocus, précisément sur l'arrivée du circuit jaune juché sur le dos du monstre. Ce n'est pas rien ! Sans doute un très jeune grimpeur qui s'ennuierait sur un circuit enfant classique.

  • (4) Voici une note publiée en mars 2013 suite à la modification non concertée de deux circuits enfants au Rocher du Duc : « Certains circuits enfants sont très utilisés aux beaux jours par des dizaines d'enfants venus avec leur classe comme c'est le cas pour ceux du côté de Loutteville au Rocher du Duc. Ils sont en générales encadrés par des adultes, souvent préalablement répartis sur le parcours par l'animateur encadreur. Les enfants sont également dirigés vers les circuits ou groupes de rochers en fonction de leurs âges et de leurs capacités. Aussi toutes les modifications ponctuelles des circuits Enfant sans concertation et sans les expérimenter avec des enfants ayant les âges pour lesquels ils ont été conçus est fortement déconseillé car perturbateur. En effet, du jour au lendemain, suite à une modification sauvage de l'un des circuits conçus spécifiquement pour des enfants de petite taille (5 à 7 ans) ont été dans l'incapacité de réussir les nouveaux passages car ils ne pouvaient pas attraper les premières prises. Il a fallu remédier au problème en revenant avec une craie au tracé initial ».


Les circuits pédagogiques pour la découverte de l'escalade ne sont pas forcément utilisés par les parents qui font grimper leur enfants...

Bonjour l'audace du gamin "autonome " perché sur le dos du Diplodocus.

Maman veille sur la sécurité de son fils en train de sortir le 20 or du Cul Du Chien.

L'escalade enfant " en basquette " sur le 28 jaune du Télégraphe - Rocher du Duc